L'ensemble linguistique des parlers
 
POITEVIN
&
SAINTONGEAIS


CHARENTECHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES VENDEE

VIENNE


Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres, Vendée, Vienne

la maison de Jeannette

Textes & cartes extrais d'une étude d'Éric NOWAK

Au sein de l’ensemble des parlers d’oïl, le saintongeais comme le poitevin font partie d’un ensemble linguistique d’entre Loire et Gironde, associant saintongeais et poitevin dont l’unité a été mise en évidence par Coquebert de Monbret dès 1831, puis confirmée par les saintongeais Jônain (en 1850), Boucherie (en 1873), l’angoumoisin Terracher (en 1926) et les poitevins Favre (en 1867), Poirier (en 1941), Pignon (thèse en 1960) et Jagueneau (thèse en 1987).

Dès 1831 Coquebert de Monbret dans "Essai d’un travail sur la Géographie de la langue française" écrivait : « à quelques distance au-delà de la Loire commence le patois poitevin usité dans les départements de la Vendée, des Deux-Sèvres, et de la Vienne, et auquel succède, comme simple variété, le patois saintongeois ...


1850 Pierre Jônain (natif de Gémozac en Charente-Maritime) notait dans l’Union Républicaine de Saintes l’observation suivante qu’il reprit ensuite en 1869 dans l’introduction de son Dictionnaire saintongeais : « Le dialecte saintongeais offre un intérêt tout particulier, à cause de sa position intermédiaire entre les idiomes du midi et ceux du nord, entre la langue d’Oc et la langue d’Oil, entre le Roman et le Français. En effet, passez la Gironde ou la Dordogne, entrez en Périgord ou en Limousin, vous êtes, au moins pour le langage, en pays étranger [...] vous entendez les chants du midi : au contraire, traversez le Poitou [...] l’idiome est à peu près le même que celui de la Saintonge. »

1895, Jérôme Bujeaud (né à Angoulême), célèbre folkloriste : « dans ce vaste et plantureux pays qui se nommait jadis l’Angoumois, l’Aunis, la Saintonge et le Bas-Poitou, vous signalerez peu de différences génériques de langage, mais seulement des diversités de prononciation qui ne seront jamais assez tranchées pour empêcher un paysan de l’une de ces provinces de comprendre les paysans des autres provinces, ses voisines".

1941, A.-D. Poirier (vendéen), professeur de philologie romane à l’université catholique d’Angers : « Dans le Haut Poitou, comme dans la Vendée, comme dans l’Aunis, la Saintonge et l’Angoumois, les mêmes termes, issus du dialecte, se retrouvent [...], avec la même physionomie, je pourrais dire, le même costume, en tout cas avec un air de proche parenté qu’un oeil exercé saisit au passage. » 

1960, Jacques Pignon, (natif de Latillé dans la Vienne), professeur à l'université de Poitiers, dans sa thèse sur l’évolution phonétique des parlers du Poitou, où il évoque « la zone poitevino-saintongeaise » : « Il est évident que l’évolution phonétique des parlers poitevins et celle des parlers saintongeais est à peu près parallèle. Ils constituent, à l’ouest du domaine gallo-roman, une aire originale où se rencontrent, d’une part, traits d’oc et traits d’oïl, de l’autre quelques développements particuliers, inconnus dans les provinces limitrophes situées au Nord et au Sud. » 

1971, Raymond Doussinet (natif de Torsac près d’Angoulême en Charente), célèbre par ses travaux sur le saintongeais : « La plupart des conclusions de Pignon sont valables pour la Saintonge. »

1994, Liliane Jagueneau, linguiste poitevine (née à Ulcot près de Thouars en Deux-Sèvres) professeur de poitevin-saintongeais et d’occitan à l’université de Poitiers « les points du domaine poitevin-saintongeais sont suffisamment proches dans l’analyse (distance linguistique faible) pour être considérés comme formant un ensemble cohérent. »





Le domaine linguistique et ses deux variantes:

carte limites linguistiques d'ERIC NOWAK

A propos de l'appellation "poitevin-saintongeais"

C’est au milieu de la seconde moitié du XXe siècle que l’appellation "poitevin-saintongeais" a été vulgarisée pour recouvrir l’ensemble de ces parlers, tout en identifiant ses deux principaux constituants.

Mais on rencontre "poitevin-saintongeais" depuis plus d'un siècle : 

1963 : Les noms de lieux en France, Ernest Nègre : « à l’Est, le Champenois, le lorrain, le bourguignon ; au Sud-Ouest le groupe poitevin-saintongeais »,

1962 : Grand Larousse encyclopédique en dix volumes : « Parmi ces parlers, le berrichon et le poitevin-saintongeais représentent des conquêtes très anciennes des parlers d’oïl sur les parlers d’oc »,

1955, Mémoires et documents de la Société de l’École des chartres : « comme en Poitevin-Saintongeais », 

1952, Phonétique historique du Français, volume 3, Pierre Fouché : « chai en poitevin-saintongeais »,

1944, La langue de Rabelais : les influences du Bas-Poitou, Adolphe D. Poirier : « ce vocable bas-poitevin-saintongeais », 

1940, Le Français moderne, volumes 8-9, 1940 : « […] notre collaborateur J. Pignon, qui fera l’Atlas linguistique poitevin-saintongeais »,

1905, La Revue du Bas Poitou et des provinces de l’Ouest : « notre parler poitevin-saintongeais »,


A propos de l'appellation "parlanghe"

En Poitou (Pays de Retz inclu) comme en Saintonge (Pays Gabaye inclu), on use du mot parlange ou parlanghe (parlanjhe), pour dire "langue".

Deux-Sèvres, 1861 : « Noutre parlange est bea, Coume l’ève le coule. » Cité par Beauchet-Filleau comme paru dans le journal le Mellois .

Charente-Maritime, 1897 : « Ine feuye convenab’ye ne det pas non pû chanfrouêzé, coume thiellée drolesse d’aneut qu’avant jhonte de noute parlanjhe ». E. Peneau, alias Evarisse des Pibias, Carthejhime de la jhénesse thi veut se marié.

Vendée, 1898 : « Netre feïll’ qui sait la mu de coudre, Qu’nu baicop mu l’parlange que tchu. » Constant Thomas, In voyage à Moïl’rin.

Gironde saintongeaise (pays gabaye), 1899 : « Les Gabayes de Monségur ont donc bien mérité de la Saintonge. Certes leur patois n’est pas le vrai parlanghe saintonjhoué ; il a subi l’empreinte indélébile et le baiser caressant du gascon ; cependant il est infiniment savoureux. » François (dit Émile) Bodin, alias Meîte Grandgorjhe, dans : Le Ventre Rouge.

Ce mot s'est en outre récemment spécialisé pour désigner la langue régionale poitevine et saintongeaise. Il ne semble pas attesté dans d'autres régions, à part la variante "parliange" attestée en Bourbonnais d'oc.


Pour en savoir plus d'autres articles d'Éric Nowak :


 Gasconha : historique de la notion d'ensemble linguistique poitevin-saintongeais
 Troospeanet : historique de la notion d'ensemble linguistique poitevin-saintongeais.
 Troospeanet : Conscience linguistique populaire et unité linguistique régionale.
Pour en savoir plus sur la limite en Gironde, 
 Le gabaye : où le parle t-on ? 
et sur la limite en Charente :


> Parlanghe... mot saintongeais et poitevin
Ou alors voir mon livre :
> Le "Parlange" attestations, usage, origine & ancienneté du mot

> L'occitanie en Poitou-Charentes.
Le mot "parlange"










Retour Retour