SEFCO - Société d'Ethnologie et de Folklore du Centre-Ouest
 
Retour à la page d'accueil du site
    Vous êtes ici :  Accueil Nos éditions Revue de Presse
 

Compte rendu du 11e festival de théâtre patois à St Jean d’Angély



Bain de patois à Saint-Jhean-d’Anghélique

Thielle peurmière matinée était thielle des droles er des drolesses. O fait bin pllaisit que tous thies jhènes étiant hureux de causer patois.

Qu’o seille thiellés-là « d’Aulnay » anvec leu histouères d’osias ou bin les « Qu’étou qu’ol é » de Salles d’Angles ou « les Balivernes de Gourville » anvec zeus écoles, le collège « Jean Lartaud » de Jharnac, « La Grouée dau père François » de Landrais anvec leur pêche aux gueurlets, i z’avant teurtous voulu jhouer peur le « rideau d’or » daus jhènes acteurs i z’avant teurtous été compllimentés.

Ol a otou 2 jhènes daus « Branle Mijhot » qui en voulant, ol est la Bitoune, la fille de Peûlouc et le drole de Nono Saute-Palisse, i z’avant de qui teni, jhe vous en réponds ! Le rideau d’or des auteurs a été douné à Hélène Favroul, peur sa pièce la pêche aux gueurlets jhouée peur la « Grouée dau père François ».

La matinée s’est terminée peur ine pièce en poitevin anvec le testament dau frère Bernouzeau d’ « Ol’tait d’aut fé de Jazeneuil ».

Le prougrame était était bin charghé thieu samedi souer anvec les adultes anvec le « Foyer Théâtral de Gourville » qui jhouiant la léghende de la font nighe-truie de Nono Saute-Palisse, « l’Amicale dau Dandelot » a jhoué le vin est tiré et i z’avant pas doubllié de zou goûter. I z’avant otou soigné Noémie, ine tamalou qu’avait La pire en torse pièce de J. Dubois. Les « Qu’étou qu’ol é » de Salles d’Angles nous avant fait découvri tous les mots de l’ourdinateur pièce de J.Dubois. « Les Durathieurs » de Jonzat anvec la fouère aux peurtenduts de vieux Durathieur a r’tenu tous les fanas dau patois bin tard dans la neut pace que chaque troupe veut douner le pu bon de zelles-minmes. Le publlic en or en a eu peur soun arghent, jhe vous en réponds !

O faut pas doubllier les chanteurs de l’Amuse-Folk qui nous avons beurcés de chants d’aut-foués en français et bin sûr en patois anvec le Pineau de Goulebenéze et les paraplluies blleus » de Jhustine. Le dimanche au tantôt a débuté peur « La Compagnie du clair de lune » d’Antezant anvec l’Ajheasse , « La Grouée dau père François » de Landrais a jhoué anvec un p’tit accent poitevin la pièce de R . Beau Vaut-ou pas meu s’entende et le Poué de la Mélanie. « Les Goules réjhouies » de Saint-Yrieix avant oyut la visite d’ine sacrée parisienne pièce de Claudine Larippe et M. Delaire. Ol est le « Théâtre du Foyer rural d’Aulnay » qu’a fini thieu bain de patois anvec la Valise dau père Ghésippe des « Veustugheons » de Châtignat ».

Les troués séances avant été mené de main de maître et de maîtresse anvec force histouères peur Hélène, Natole mais otou Peûlouc, le Jhavasson et le Grand Simounet’.

Ol avait peurtout dans les coulisses coume dans la salle une boune ambiance plleine d’amitié. Ol est çartain que le patois a été causé oreillé anvec varve et pllin d’humour peur tous thiés patoisants peur le pllaisit de nous autes teurtous.

La mère Élodie

Dans la même rubrique

Aguiaine-Le Subiet - 2006 - N°2
Aguiaine-Le Subiet - 2006 - N°1

Page mise à jour le
18 avril 2007

Version à imprimer  

envoyez cet article à vos amisEnvoyer à un ami